Changer de vie pour devenir psychomotricienne

GRAND ECART de Perrine :
Du commerce à la Psychomotricité!

J’ai rencontré Perrine il y a quelques années lors du mariage d’une amie. A l’époque, elle venait de terminer son école de commerce. Il y a quelques mois, en me balladant sur Linkedin, je remarque qu’elle est devenue psychomotricienne! Ma curiosité me pousse à la contacter. Elle accepte de me parler de son parcours lors d’un déj très sympa. 

Témoignage Psychom

D’où viens-tu Perrine ?

J’ai grandi à Lyon. Mes parents travaillaient tous les deux dans le domaine médical. Mon père était kiné à l’époque, mais est aujourd’hui gérant d’un commerce de prêt-à-porter. Ma mère était infirmière.

Quels étaient tes rêves et tes projets quand tu étais petite ?

J’étais fan de l’Egypte et je voulais devenir archéologue. On m’a dit, plus tard, que c’était un domaine sans débouchés, alors j’ai laissé tomber. Dommage, parce que ça m’aurait vraiment plu je pense.

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai fait un bac scientifique puis, à la demande de mon père, et comme je ne savais pas vraiment quoi faire, j’ai fait une école de commerce. Contrairement à mes parents et surtout par rébellion, je ne voulais pas faire des études dans le domaine médical.

Après une année dans une école de commerce post-bac, j’ai eu envie de tout envoyer valser et j’ai donc arrêté l’école. Il fallait que je trouve quelque chose à faire de ma vie et comme j’aimais bien la biologie au lycée, je me suis inscrite en fac de bio. En 2ème année, j’ai eu des problèmes familiaux, j’ai commencé à sécher les cours jusqu’à complètement arrêter la fac. J’étais de nouveau perdue et pour ne pas rester sans rien faire, j’ai travaillé en tant que vendeuse. Mais ça ne me plaisait pas du tout.

Je me suis alors dit que l’école de commerce, ce n’était pas forcément un mauvais choix et me suis ré-inscrite. J’ai terminé l’école en 4 ans. Les études m’ont plu car j’aimais beaucoup la théorie. J’ai fait ma dernière année en apprentissage, 3 semaines au travail et 1 semaine en cours. Je faisais du marketing et de la communication dans une entreprise multi-services. Je m’occupais de la com interne et externe et des supports pour les commerciaux.

J’étais tiraillée parce que je voulais bien faire mon travail mais le travail ne me plaisait pas. J’étais en conflit avec moi-même.

Quel était ton job après l’école de commerce ?

J’ai trouvé un poste en CDI dans une boîte qui faisait du télémarketing. J’étais en charge d’une équipe de téléprospecteurs et je faisais le lien avec les clients. La pression et le stress du résultat ont commencé à me déplaire et j’étais de plus en plus angoissée. J’allais au bureau avec la boule au ventre. J’étais tiraillée parce que je voulais bien faire mon travail mais le travail ne me plaisait pas. J’étais en conflit avec moi-même. C’était une période très compliquée et, au bout d’un an et demi j’ai craqué. J’ai été arrêtée pour dépression et pendant cette période, j’ai eu envie de changer de vie.

Pendant cette mauvaise période, j’ai rencontré une psychomotricienne par hasard. Le psychomotricien fait le lien entre le corps et l’esprit et j’ai trouvé ça incroyable !

Comment en es-tu venue au métier de psychomotricien ?

Pendant cette mauvaise période, j’ai rencontré une psychomotricienne par hasard. Le psychomotricien fait le lien entre le corps et l’esprit et j’ai trouvé ça incroyable !

J’ai assisté à une séance de relaxation que cette personne faisait avec un groupe d’adultes et ça m’a vraiment convaincu. Je me suis lancée tête baissée dans ce métier.

J’ai alors fait une rupture conventionnelle avec mon travail et me suis inscrite pour une formation de 6 mois pour préparer le concours à l’école de psychomotricité. C’est un concours post bac et ça faisait 10 ans que j’avais eu mon bac ! Il y a 2 épreuves : sciences naturelles et français/philo.

Comment s’est passé le retour sur les bancs de l’école ?

Ca a été très dur, j’ai beaucoup bossé. En plus, j’étais entourée de filles qui venaient d’avoir leur bac et qui devaient se demander: « mais c’est qui ce dinosaure ? ». Je me suis finalement bien intégrée, je suis devenue leur grande sœur !

Je commençais alors une vraie nouvelle vie : Je me suis séparée de mon mec de l’époque, j’ai quitté mon appartement et mon boulot et j’ai emménagé chez un copain ! 

Tu as eu le concours ?

Je ne m’attendais pas à réussir le concours mais oui je l’ai eu ! Il y avait 1000 candidats pour 300 places environ. J’ai été prise à l’école de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris. Je commençais alors une vraie nouvelle vie : Je me suis séparée de mon mec de l’époque, j’ai quitté mon appartement et mon boulot et j’ai emménagé chez un copain !

Est-ce que la formation t’a plu ?

La formation a duré 3 ans et j’ai adoré! Les élèves venaient d’horizons différents et avaient entre 17 et 50 ans ! On ne vient pas en psychomotricité sans un certain vécu j’ai l’impression ! Les filles qui avaient directement fait l’école après le bac, se trouvent finalement un peu jeunes à la sortie de l’école pour démarrer.

Il y a beaucoup de stages à faire pendant la formation avec notamment un stage long en dernière année. J‘ai fait le mien en pédopsychatrie et j’ai beaucoup aimé.

Peux-tu m’expliquer le rôle du psychomotricien ?

Le psychomotricien a un rôle large puisqu’il fait de l’éducation, de la rééducation, de la prévention et de la thérapie. Globalement, on travaille sur tous les troubles neurologiques qui touchent le corps.

Plus précisément, en pédopsychatrie, on va travailler avec des enfants qui ont des troubles du comportement, qui vont être par exemple dans l’excès, dans l’hyperactivité ou au contraire dans l’inhibition.

Devenir-Psychomotricienne

Par exemple, lorsqu’un instit’ nous envoie un enfant qui a des problèmes d’écriture, on fait un bilan. Ce problème peut venir d’un manque d’expérimentation de certaines choses quand il était petit. Ainsi, certaines chaines musculaires n’ont pas été suffisamment sollicitées ce qui peut entrainer des problèmes d’écriture. On doit donc reprendre certaines étapes pour trouver les bonnes solutions. Cependant, ce problème d’écriture peut également être un blocage lié à un gros conflit dans la famille. L’écriture marque l’identité et des enfants ne s’autorisent pas à écrire car ils ne s’autorisent pas à exister. A nous d’identifier le problème et de travailler avec l’enfant.

Notre objectif aujourd’hui est donc de faire connaître le métier et de démarcher les écoles, les médecins, les pédiatres, les PMI…

Aujourd’hui, quel est ton quotidien ?

J’ai eu mon diplôme en juin 2014. Je travaille à mi-temps dans un centre médico psychologique pour enfants. C’est un poste que j’ai obtenu suite à une candidature spontanée. J’ai également ouvert un cabinet en libéral avec une fille de mon école. Pour se rendre chez un psychomotricien, il faut une ordonnance médicale. Notre objectif aujourd’hui est donc de faire connaître le métier et de démarcher les écoles, les médecins, les pédiatres, les PMI… Je dois donc décrocher mon téléphone et ce n’est toujours pas ce que je préfère !

J’ai failli tout balancer au moins 15 fois ! J’étais persuadée que je n’y arriverais jamais.

Devenir-Psychomotricien

Quel regard sur ton parcours as-tu aujourd’hui, 1 an après l’obtention de ton diplôme ?

Avec le recul, je m’autorise à me dire : « ok tu as quand même accompli quelque chose ! ». Je ne me rendais pas forcément compte de ce que j’étais en train d’accomplir car j’avais la tête dans le guidon.

J’ai failli tout balancer au moins 15 fois ! J’étais persuadée que je n’y arriverais jamais. Je suis fière de moi aujourd’hui.

Comment ton entourage a t-il réagi à ta reconversion?

Globalement les réactions ont été positives, j’ai souvent entendu des encouragements. Mon entourage me trouvait très courageuse de tout redémarrer. Certains de mes amis de l’école de commerce m’ont parfois chambré et le font encore aujourd’hui mais rien de bien méchant!

Regrettes-tu d’avoir quitté ton job dans le commerce et d’être repartie de zéro ?

Non, je n’ai vraiment aucun regret… Ah si ! Mon seul regret c’est mon salaire car je n’ai pas du tout les mêmes moyens qu’avant !

Quand j’entends parler mes amis de l’école de commerce, je me rends compte que pas un seul n’est satisfait. Les ambiances sont pourries, on leur en demande toujours plus mais sans leur donner les moyens. Non vraiment aucun regret. Je fais aujourd’hui un métier qui me passionne et j’en suis très heureuse.

Rendez-vous sur Hellocoton !
7 Comments
  • Laure
    juillet 4, 2015

    Bravo!!!

    Beaucoup de courage durant ces années!! Fière de toi!

    Et bravo pour ce blog! Hâte de voir d’autres témoignages!

    • legrandecart
      juillet 6, 2015

      Merci Laure! Je suis d’accord avec toi: très joli parcours de Perrine avec beaucoup de détermination! A bientôt. Charlotte

  • Coraline Van Butsele
    juillet 4, 2015

    Bravo Perrine pour ce grand écart! Il faut beaucoup de courage pour tout remettre en question.

    • legrandecart
      juillet 6, 2015

      Tout à fait d’accord avec toi Coco! Beau parcours et une jolie finalité!

  • Aurel
    novembre 29, 2015

    Je suis admirative.
    La reconversion me travaille.
    Ce métier de psychomotricien m’attire depuis plusieurs années.
    Comment assumer un tel changement?
    L’accepter soi même et que l’entourage l’accepte et le comprenne alors qu’à leurs yeux on fait un « métier passion » et qui fait rêver.
    Je ne sais pas si je franchirai le pas.
    Actuellement il y a un gap entre mon esprit et mon activité, je ne suis pas passionnée, pas en adéquation avec moi même…
    Aurélie, 32 ans, 2 enfants, vétérinaire…

    • legrandecart
      décembre 4, 2015

      Bonjour Aurélie,
      Le parcours de Perrine est courageux et montre que lorsqu’on est déterminé on peut y arriver. C’est un très beau témoignage.
      Depuis que j’ai créé ce blog, les personnes que je rencontre sont toutes passées par la phase que tu es en train de décrire. Ce n’est pas simple de se remettre en question, d’affronter les commentaires de son entourage… Cependant, si je peux me permettre, il s’agit de TA vie et de TON ressenti et c’est important d’être en phase avec ce que l’on fait au quotidien. Je te souhaite une très bonne continuation et n’hésite pas à revenir vers moi si tu souhaites à ton tour te lancer!
      Bon weekend,
      Charlotte

  • Mauranne
    avril 23, 2016

    Bonjour à tous et à toutes !

    Je suis étudiante infirmière (par défaut), et je souhaite me reconvertir en psychomotricienne une fois le diplôme infirmière en poche. J’ai commencé à me renseigner et l’on m’a dit qu’avec le diplôme d’IDE, je peux être dispensée de la 1ere année sous réserve d’avoir réussi un examen d’entrée bien-sûr.

    Je souhaiterais savoir comment Perrine à pu financer ses études ? Fâchée avec mes parents, je doit me débrouiller seule. Je veux mettre toutes les chance de mon côté pour exercer le métier de mes rêves, car je ne suis pas du tout épanouie et heureuse dans celui d’infirmière !!

    Preneuse de conseils, n’hésitez-pas à partager avec moi vos expériences, conseils etc !! :)

Répondre à Laure Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *